La chimie de l’Open Data dans le secteur public

Aujourd’hui ce n’est plus une question de technologies. C’est en revanche une question de nouvelles logiques de travail, d’adoption de nouveaux processus. En partant de l’idée que l’implémentation des données doit être conçue en vue de favoriser leur recoupement et leur exploitation par des tiers (en premier lieu d’autres services d’une même collectivité ou plusieurs communes d’une communauté d’agglomération), l’on maintient une haute qualité de la donnée profitable à l’exécutif dans sa prise de décision, aux collaborateurs dans l’exécution de leurs tâches. C’est donc d’abord un leadership que la collectivité désireuse de se lancer doit trouver, afin de promouvoir la culture de la qualité de la donnée. D’elle en découlera tout naturellement une collaboration plus stimulante entre services, la réduction des coûts due à une information plus complète et plus détaillée et demain, quand les jeux de données seront devenus suffisants, la prise en main par de acteurs de la société civile qui sauront transcender l’information.

viaLa chimie de l’Open Data dans le secteur public – Paroles d’experts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s