Le monde du travail, interdit de télévision

Que fait cet article dans ce blog hors sujet me direz-vous, non je ne pense pas. Effectivement ici le l’univers numérique n’est pas abordé, mais l’important ici, c’est que cet article évoque le superficiel des médias Télévision principalement. Ce qu’on nous jette à la figure tous les jours, du « Choc », des images des mots lancés sans profondeur, des reportages qui pleurent à grande vitesse. L’humain, les hommes et les femmes ce qu’ils vivent, leur luttes quotidiennes pour une cause ou pour l’autre, pour vivre simplement, autrement, collectivement, allez c’est vite dit. On se trouve un peu beaucoup même comme si la plupart des médias traitaient les informations style « Paris Match, le poids des mots le Choc des photos ».

Je pense que c’est voulu, orienté, on préfère « le rapide » à la pensée, aux débats d’idées, même si les médias se penchent de temps en temps sur « l’intelligence collective », la nouvelle économie collaborative, ils n ‘en cernent que le superflu, ce qui brille. Ce sont des mots à la mode, mais ils oublient que chaque jours, des hommes et des femmes depuis des lustres avaient déjà cette intelligence collective sans le savoir.

Par Gilles Balbastre & Joelle Stechel (Le Monde diplomatique, juin 1996) // Alors que les rémunérations scandaleuses des animateurs-producteurs d’émissions de divertissement, sur les chaînes de la télévision publique (…)

Source : Le monde du travail, interdit de télévision, par Gilles Balbastre & Joelle Stechel (Le Monde diplomatique, juin 1996)

Publicités

Wikispeed, la troisième révolution industrielle en open source

Digne héritier d’Henry Ford, Joe Justice a fondé WikiSpeed, une entreprise capable de mettre au point un prototype de voiture à haute efficience énergétique en moins de trois mois. Comment ? En transposant les méthodes “agiles”, héritées du développement des logiciels, à la production de biens matériels.

Source : Wikispeed, la troisième révolution industrielle en open source

Enquête sur l’intelligence collaborative !

Ensuite si chacun s’accorde sur l’importance de l’utilisation de l’intelligence collaborative, la faiblesse de son usage est aussi largement partagée. Et le premier obstacle cité est la ligne hiérarchique, rigidifiée qu’elle est par la peur de la perte de contrôle. On voit bien là la fin de vie du modèle de management « command & control ». C’est en faisant évoluer le mind set des managers qu’il évoluera.

viaSucceed Together | Conclusion de l’enquête Succeed Together® sur l’intelligence collaborative !.

Portez un regard neuf sur votre territoire!

“Dominante et intégrée”: les experts interviewés estiment qu’en 2025, malgré quelques difficultés rencontrées pendant leur travail, l’économie collaborative sera LE principal modèle économique. L’objectif de Sharitories est de rendre effective cette prédiction au niveau local.

viaSharitories : portez un regard neuf sur votre territoire!.

L’égo, frein majeur à l’intelligence collaborative

Egos toxiques

 

Le groupe tel qu’il est est effectivement éminemment toxique et contre performant dès lors qu’il est pollué par les jeux de pouvoir et les rôles relationnels, bref, par les besoins non identifiés et mal comblés qui laissent l’égo s’exprimer au détriment de l’estime de soi de chacun, de la confiance mutuelle et de la libre expression au sein du groupe.

 

Ainsi le besoin de reconnaissance associé à un comportement dominant va générer des comportements persécuteurs qui laissent peu de place aux autres. En fonction du comportement dominant ou dominé des autres et de leur combinaison personnelle de rôles relationnels et de besoins à combler, on peut se retrouver avec tout un tas de situations qui entravent la collaboration:

 

Des mises en retrait associées à une absence d’expression de l’opinion.

Des conflits ouverts ou larvés, des inimitiés, des incompréhensions, des tensions qui favorisent la méfiance et limitent l’expression désinhibée et la possibilité du groupe à produire.

Des velléités de prises de pouvoir: sabotage, manipulation, tirage de couverture etc.

Des paradoxes d’Abilène à tous les étages.

viaL’égo, frein majeur à l’intelligence collaborative | Ithaque Coaching.

Bienveillance et Attention !

La tourmente économique que nous traversons associée à la nécessité d’innover a pour effet de cristalliser l’attention de beaucoup de managers sur la peur d’échouer et sur l’obsession de la performance à tout prix. Cette attitude mentale les pousse à vouloir tout prévoir et contrôler en se focalisant sur la tâche et le résultat et les décentre ainsi de la raison d’être du management, à savoir : l’accompagnement des hommes dans le but de les faire grandir. Cette perte de sens de la fonction du manager qui devrait progressivement passer d’une position hiérarchique à une posture de coach entraine de sérieux dysfonctionnements et une disparition de la bienveillance dans les relations interpersonnelles.

viaBienveillance et Attention ! Les pépites de l’efficience et du bien-être en entreprise | Le journal de l’éco.

Savoirs données.

H. V. – Les données, c’est du savoir latent. Dès qu’on les rend accessibles, des gens s’en servent pour créer des choses. Au sein même de l’Etat. C’est le sens de cette nouvelle mission d’administrateur général des données. Quand un ministère nous fournit des données réelles, on les « fouille » en détail (data mining), on les traite et, en retour, on peut aider ce ministère à découvrir par exemple de véritables économies ! Il s’agit d’aide à la décision, de modèles apprenants… Nous avons embauché quatre premiers data scientists pour avancer sur ces sujets clés.

viaHenri Verdier : « Données publiques : la France doit construire son propre récit », Idées.