Managers : des chefs d’orchestres

Comme les cellules et les organes d’un être vivant, les équipes de ces organisations s’organisent de manière autonome. Les individus sont pris en compte dans leur totalité, avec leur vulnérabilité, leurs émotions, et leur intuition. C’est en écoutant les organisations opales qu’on leur découvre leur raison d’être. Les individus y trouvent une identité, mais ne nourrissent pas leur ego. Le symbole du paradigme Évolution/Opale est l’organisme vivant.

Les managers vont-ils disparaître ?

Le management à la française

Un article de Patrick Benoît et Nicolas Mariotte Le 23/06/2015

« Le modèle économique et social français perd jour après jour son efficacité tant au plan macro que microéconomique. La précarisation des emplois et le chômage de masse en témoignent. Et dans nos organisations, notamment les grandes – de plus de 1000 salariés -, l’étude réalisée par Capgemini Consulting avec TNS Sofres («Le management français à l’épreuve de la bascule numérique», premier trimestre 2014) montre un désengagement massif des cadres. Désengagement que l’on n’observe pourtant dans aucun des six autres pays de l’étude. Peut-on s’y résigner? Certainement pas »

Continuer la lecture de Le management à la française

Larry Page : l’histoire inédite du vrai fondateur de Google

Si Larry Page était plus performant dans sa communication, certaines de ces idées feraient peur aux gens. Après tout, il est chaque année à la tête de milliards de dollars et peut en faire une réalité aussi vite que possible. Il a déclaré plusieurs fois que Google devrait employer 1 millions d’ingénieurs. Avec tout l’argent de Google, c’est effectivement possible. La bonne nouvelle pour le monde c’est que, en développant une intelligence artificielle envahissante et connectée qui comprend et répond à nos besoins quotidiens, l’objectif de Larry Page n’est pas de profiter de nous. C’est un utopiste passionné dans l’âme, quelqu’un qui croit que la technologie a rendu d’une manière écrasante la vie des humains meilleure et continuera seulement ainsi.

Source : Larry Page : l’histoire inédite du vrai fondateur de Google – JDN

Amnésique ? par Henri Pena-Ruiz

Là on touche le vrai, ce qui se passe, une suite de faits balancés, jeté à la figure, toujours plus sanglant, plus choquant, plus « bling bling » les uns que les autres. Pas de temps mort, aucun souffle ne semble permis et surtout pas d’analyse c’est ce que nos médias nous crachent à la figure. Alors que oui, nous avons maintenant des moyens de communication prodigieux qui favorise l’échange, le partage, l’écoute, l’attention. C’est donc possible mais le souhaite-t-on ?

« Triste époque, paradoxale au regard des prodigieux moyens de partage du savoir que les nouveaux médias pourraient rendre possible. La formule à l’emporte-pièce, qui fait image et coup de poing, relègue l’analyse distanciée comme elle disqualifie le détour par l’histoire. « Le poids des mots, le choc des photos ». Penser et choquer : il ne s’agit donc plus de faire penser. Les approximations, les contre-vérités, les caricatures par amalgame polluent constamment l’espace public. Le temps court des événements spectaculaires dicte sa loi, refoulant le temps long de l’histoire collective, qu’une mémoire attentive permettrait de rappeler, ne serait-ce que pour éviter aux hommes d’aujourd’hui les erreurs des hommes d’hier. Et aussi pour mettre en évidence, sans cesse, le fait que les libertés dont nous jouissons, comme les idéaux émancipateurs, sont des conquêtes, souvent faites dans le sang et les larmes. »

Source : www.lamontagne.fr – Le Mag – PARIS () – [Chronique du temps présent] Amnésique ? par Henri Pena-Ruiz

Bien traiter ses employés développe l’innovation

« Si Google ou Facebook offrent à leurs employés tant d’avantages, il y a peut-être une raison, estime Walter Frick pour la Harvard Business Review : les entreprises qui traitent le mieux leurs employés sont plus innovantes. Une étude récente souligne que les entreprises qui traitent bien leurs employées produisent plus de brevets et plus de brevets cités, donc plus de brevets pertinents. En fait, la corrélation entre le traitement des employés (sécurité, qualité des relations de travail, diversité, avantages sociaux…) est plus déterminante dans cette pertinence que d’autres facteurs comme la taille de l’entreprise ou les dépenses en R&D ».

Le monde du travail, interdit de télévision

Que fait cet article dans ce blog hors sujet me direz-vous, non je ne pense pas. Effectivement ici le l’univers numérique n’est pas abordé, mais l’important ici, c’est que cet article évoque le superficiel des médias Télévision principalement. Ce qu’on nous jette à la figure tous les jours, du « Choc », des images des mots lancés sans profondeur, des reportages qui pleurent à grande vitesse. L’humain, les hommes et les femmes ce qu’ils vivent, leur luttes quotidiennes pour une cause ou pour l’autre, pour vivre simplement, autrement, collectivement, allez c’est vite dit. On se trouve un peu beaucoup même comme si la plupart des médias traitaient les informations style « Paris Match, le poids des mots le Choc des photos ».

Je pense que c’est voulu, orienté, on préfère « le rapide » à la pensée, aux débats d’idées, même si les médias se penchent de temps en temps sur « l’intelligence collective », la nouvelle économie collaborative, ils n ‘en cernent que le superflu, ce qui brille. Ce sont des mots à la mode, mais ils oublient que chaque jours, des hommes et des femmes depuis des lustres avaient déjà cette intelligence collective sans le savoir.

Par Gilles Balbastre & Joelle Stechel (Le Monde diplomatique, juin 1996) // Alors que les rémunérations scandaleuses des animateurs-producteurs d’émissions de divertissement, sur les chaînes de la télévision publique (…)

Source : Le monde du travail, interdit de télévision, par Gilles Balbastre & Joelle Stechel (Le Monde diplomatique, juin 1996)

Apprendre à apprendre (1/4) : deux modes d’apprentissage « InternetActu.net

La conclusion qu’en tire Levitin est donc qu’il faut protéger notre mode diffus en évitant de lui imposer cette surcharge attentionnelle : “Si vous désirez être plus productif et créatif, et avoir plus d’énergie, la science préconise de partitionner votre journée en périodes de projets. Vous devriez ne vous consacrer aux réseaux sociaux que pendant un temps déterminé, et refuser les interruptions constantes pendant votre journée.” “On devrait aussi ne consulter ses mails qu’à des moments donnés.” Une chose est sûre : le cerveau n’est pas multitâche.

Source : Apprendre à apprendre (1/4) : deux modes d’apprentissage « InternetActu.net